grec


Susan Moller Okin

Susan Moller Okin est une philosophe politique. Elle est connue principalement grâce à ses études de l’exclusion des femmes dans la politique occidentale.  

Né en 1946 à Auckland en Nouvelle-Zélande, elle termina son baccalauréat à l’Université de cette ville en 1967. Ensuite, elle acquière sa maîtrise en philosophie à l’université d’Oxford en 1970  et son doctorat à Harvard en 1975.

Avec un tel parcourt scolaire, elle n'a pas eut de difficulté d'enseigner dans plusieurs universités autours du globe. Elle posa toutefois définitivement le pied dans les bureaux de Stanford. Elle y passa les quatorze dernières années de sa vie, de 1990 à 2004. 

Conception philosophique d'Okin

Susan Moller Okin est régulièrement vue comme étant l'une des plus célèbres philosophes politiques féministes. Elle  prétendait elle-même Rawlienne (croyant à la conception politique de John Rawl). Cela dit, elle s'est toute même distinguer de ce dernier en incorporant des idées féministes aux théories rawlsiennes.  Elle défendait ainsi un féminisme libéral.

Sur le point de vue de recherche académique,  Susan Moller Okin a littéralement inventée l'approche des genres dans les théories politiques. Elle fait la distinction entre la différence naturelle des sexes et la différence des sexes inculquée par la culture. Cette dernière est appelée par Okin défférence des genres afin d'illustrer que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas tous purement naturelles au sein de nos sociétés. 

La sphère personnelle est politique

Susan Moller Okin se met en accord avec l'opinion de France Olsen disant que L'État est responsable du domestique. Elle donne une telle responsabilité à l'État dans le but de vaincre les inégalités faites aux femmes et, surtout, de combattre les abus physiques ou autres faites à l'intérieur des familles.

En fait, Susan Moller Okin croit que l'État ne peut abolir les inégalités du genre sans  intervenir dans la sphère personnelle des gens, principalement dans celle de la famille. Car à l'intérieur de sphère personnelle l'autorité sans attache  à la politique de l'État peut sans gêne abuser, battre et totalement dominer l'ensemble de ses membres. L'autorité familiale peut donc éduquer ces membres des conceptions injustes.

Susan Moller Okin s'oppose donc au laisser faire et exprime sont désir d'imposer un certain mode de conduite à l'intérieur de la sphère privée. Car l'État n'a aucun moyen de créer une société juste et équitable sans intervenir dans la sphère personnelle.

Source d'information :

1-      Lisa Trei  "Okin, feminist political thinker, dies" sur le site de l'université de Stanford [adresse web : http://news.stanford.edu/news/2004/march10/obitokin-310.html]

2-      Ludivine Thiaw-Po-Une " Avant propos de la Traductrice " dans Susan Moller Okin " Justice, genre et Famille " Paris : Flammarion, 2008 (1989)
   
3-    Susan Moller Okin " Justice, genre et Famille " Paris : Flammarion, 2008 (1989) [Traduit par Ludivine Thiaw-Po-Une]



Suggestion de Livres